Ces raisons pour ne plus fêter noel…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

pere noel interditIls sont plusieurs millions sur terre, à avoir été bercés depuis leurs plus jeunes âges par des chansons de Noël que beaucoup trouvent si douces et si agréables aujourd’hui encore. Plusieurs millions (Chrétiens et même certains non croyants) à avoir grandi et vécut dans l’esprit de Noël. Noël était et est encore : amour, partage, paix, union, nous a-t-on appris. Cependant depuis quelques années, d’autres idées ont apparu à l’horizon et s’installent déjà par ci, par là…

Parmi tant d’autres prenons en exemple les États-Unis. Pays longtemps connu pour ses fameuses célébrations et ses très beaux sapins de Noël. Pourtant de nos jours, au nom de la neutralité, de la laïcité ou sous prétexte de ne pas choquer… Il est interdit de parler de fête de Noël dans des écoles de plusieurs régions de ce pays et pire encore, l’arbre de Noël, là où ce n’est pas encore interdit de monter un, s’appelle désormais arbre de fête de fin d’année.

Question! Pourquoi priver un autre d’une fête, « bien dit, une fête » qui le rendait heureux, à cause d’un autre qui ne participe pas, ou qui n’y croit pas? Ne serait-il pas mieux d’en profiter pour enseigner « le vivre ensemble » à ces jeunes?

Aujourd’hui on peut lire pas mal d’infos ou de billets de blogue, où plus d’un se plaignent ou dénoncent l’interdiction de visite du père Noël dans des écoles, de la disparition de sapin de Noël dans plusieurs endroits aux États-Unis, en France… Des endroits où traditionnellement ces sapins se trouvaient chaque année pour le bonheur de centaines et de milliers de passants. Comme si la laïcité d’aujourd’hui ne peut plus rimer avec diversité, tolérance, échange culturel, connaître ou apprendre de l’autre.

Pourquoi ne plus fêter Noël, quand ceux qui l’ont toujours fait, l’ont justement fait au nom de l’amour, du partage, de la joie, de la vie, de la lumière, etc.?

Pourquoi ne plus fêter Noël, quand on apprend le nombre de trêves bien que non officielles qui furent conclues sur les fronts entre soldats anglais et allemands durant la Première Guerre mondiale. Petites trêves qui ont permis aux soldats des deux camps d’échanger des cadeaux, de chanter des refrains de Noël avant de reprendre les combats.

Pourquoi ne plus fêter Noël quand, même dans ces moments les plus difficiles, cette fête a permis au prochain soldat tué d’avoir eu la chance de vivre encore un peu, juste le temps d’une chanson de Noël?

Pourquoi ne plus fêter Noël, quand ce jour-là, des petits enfants reçoivent des cadeaux, on s’envoie des cartes de vœux de bonheur, d’amitié, certains vont à l’église, d’autres restent à la maison pour prier, des groupes en profitent pour faire des dons, certains se contentent de fêter, de profiter du moment, et quand pour des milliers d’autres c’est tout simplement le jour le plus beau de leur courte vie?

Des fêtes chrétiennes, juives, musulmanes, laïques ont toujours existé, elles ont traversé le temps, elles ont coexisté, voilà le mot magique… pourtant aujourd’hui nous en sommes là…

En tout cas, vous qui aimez Noël, à la vitesse que ça avance, quand ces derniers temps, quelque part vous remarquez un sapin ou le père Noël en personne, approchez vite, car la fête semble presque finie.

Francklin Pierre Tenyi II / Twitter: @Tenyi2

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *